Le  Yogi

 Blog

L’Art du Guerrier, Virabhadrasana.

May 3, 2017

Photographie : Statue de Virabhadra décapitant Daksha, Dharmapuri District, Tamil Nadu, India.

 

 

Bien que l’histoire de Virabhadra remonte à celle des Dieux ,l’asana, lui, serait une création du XXème siècle. Une sorte de posture moderne, qu’on ne retrouve pas dans les textes classiques. Je vous livre quand même la petite mythologie de Virabhadra :

 

Dans la nuit des temps, sur le mont Kailash, dans l’Himalaya, vivaient Sita (fille du sage Daksha) et Shiva (Dieu de la transformation et de la destruction). Ils s’aimaient de toute leur âme, mais Daksha ne voulait pas de Shiva comme gendre. Un jour, Daksha organisa une grande fête en l’honneur des Dieux mais il n’invita pas Shiva. Sita, arrivant à la fête et ne voyant pas son grand amour, brûla de colère et se consuma de l’intérieur.

Apprenant la mort de son épouse, Shiva se coupa une mèche de cheveux de laquelle naquit Virabhadra, le guerrier (Vira en Sanskrit = guerrier courageux). Celui-ci descendit sur l’Himalaya avec une grand armée, arrêta la fête et décapita Daiksha pour le punir de son manque de respect envers le Dieu de la Création/Destruction.

C’est ainsi que Virabhadra, avatar de Shiva, rétablit l’ordre divin.

 

 

Le guerrier est une posture de force mais surtout d’humilité. Elle nous apprend la sincérité et la stabilité (l’ordre des choses tel le travail du Dieu Shiva). Dans le guerrier, le yogi combat contre ses propres démons. Le yogi lutte contre lui même pour se détacher petit à petit de son corps, de ses émotions, et devenir lentement observateur de lui-même. La posture se décline en trois variations :

 

 

 

 

Virabharasana I 

 

Photographie : B.K.S IYENGAR

 

Dans Virabhadrasana I, le bassin est complètement tourné face au genou avant. Les deux crêtes iliaques sont sur la même ligne, cela implique de creuser le plie de l’aine avant et de ramener vers l’avant la hanche opposée.

Le genou avant est en ligne avec la tête de fémur, et la cheville avant est sous le genou.

La jambe arrière est tendue, le talon descend vers le sol, la face arrière de la cheville s’étire.

Le buste reste haut, les bras sont tendus vers le ciel, le regard est porté en direction des pouces.

Dans Virabhadrasana I, le cœur s'ouvre vers le ciel tandis que les jambes sont fermement ancrées dans le sol, cette dualité terre-ciel est stabilisée par la conscience profonde du centre de la posture : le bassin.

L'ouverture vers le haut est un don de soi, l'humilité de s'offrir à ce qui est plus grand que nous, dans cette communion, nous donnons autant que nous recevons.

 

 

 

 

 

Virabhadrasana II

Photographie : B.K.S IYENGAR

 

Dans Virabhadrasana II, le bassin reste ouvert sur le côté, ce qui engage les hanches à s'élargir, les deux crêtes iliaques s'écartent.

Le genou avant reste en ligne avec la tête de fémur et la cheville reste sous le genou.

La jambe arrière est très ferme, le quadriceps roule vers l'arrière ce qui entraîne une ouverte plus intense des hanches.

Le buste est haut, les bras sont tendus à la hauteur des épaules.

Le regard est porté au-delà de la main avant.

Ce déroulement horizontal de la posture, de l'arrière à l'avant (jambes, bassin, bras, tête) nous engage dans le même déroulement que notre propre existence, les bras symbolisant  le passé, le présent, et l'avenir.

Dans Virabhadrasana II, nous regardons vers l'avenir et maintenons le buste haut et droit pour préserver l'ordre de l'asana, comme Shiva préserve l'ordre du monde.

 

 

 

 

 

 

Virabhadrasana III

Photagraphie B.K.S IYENGAR

 

Dans Virabhadrasana III, le bassin reste face au sol, les deux crêtes iliaques sont sur la même ligne. 

La jambe d'appui est fermement tendue et maintient les deux hanches au même niveau.

Le quadriceps de la jambe levée tend le genou, et le mollet stabilise le pied et la cheville.

Le buste est face au sol maintenue par colonne vertébarle très droite.

Les bras sont tendus vers l'avant, le regard est porté au-delà des pouces.

Virabhadrasana III demande un équilibre corporel et mental infaillible. La posture recentre le corps au niveau de bassin, et le mental sur l'équilibre horizontal jambe-bras et vertical jambe-bassin. C'est une posture de maintient, équilibrée entre l'avant et l'arrière, le haut et le bas, une posture symbolisant la stabilité, l'ordre, et le contrôle.

 

 

 

 

Les bienfaits des Guerriers :

 

 

Corrige la dissymétrie du corps,

améliore l'équilibre,

améliore l'assurance et la stabilité intérieure,

renforce la musculature de la hanche, de la jambe, et du dos.

ouvre la cage thoracique,

renforce la voute plantaire.

 

 

 

 

Vous savez tout ! À vos tapis !

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Catégories

Please reload

Pages que j

Les cours de yoga
 collectifs:

Lundi 17h30-19h

Mercredi 12h15 13h45 & 17h30-19h

Vendredi 8h15-9h45

 Vendredi 10h30-12h

Les Ateliers
Yoga & Ayurvéda

Des journées cocooning avec ateliers d’ayurvéda et séances de yoga ! Touts les infos sur cette page :

Je m'abonne au Journal des Nouvelles

Follow me

  • Lola Angual Yoga Ardèche
  • Lola Angual Yoga Ardèche

#Guerrière de l'amour